Complément 2022 aux standards

Une question peut se poser ; pourquoi avoir besoin d’éditer des ajouts aux standards actuellement disponibles ?

Vous vous doutez bien que les réponses sont multiples ! Tout d’abord, notre recueil de standards, bien que toujours actuel, avait besoin d’une mise à jour conséquente, puisque qu’il date d’octobre 2015. Malgré le fait que ne sont présents dans ce recueil que les standards ayant subi une ou plusieurs modifications depuis la dernière parution, nous totalisons tout de même près de 200 pages ! Pourtant il ne s’agit pas de réécrire les standards, mais bel et bien de les mettre à jour.

En 7 ans, que de changements ! De nouvelles races ont fait leur apparition, comme les races originaires de l’Est de l’Europe (Chanteur du Kosovo, Naine de Burma). La race la plus lointaine à entrer dans notre standard est certainement le Combattant de Madagascar. La France a d’ailleurs été l’un des premiers pays européens à l’homologuer ! Enfin, ce que certains nomment la « vieille Europe » nous fournit 2 races, que sont la Poule de Zottegem qui nous vient de Belgique, et le Dindon Euganéen, originaire d’Italie. Comprenons-nous bien, ces races ne sont bien sûr pas nouvelles ! Elles existaient dans leur pays d’origine depuis bien longtemps. Cependant, la Commission Française des Standards, après avoir été saisie et avoir examiné leurs dossiers, a estimé que ces races pouvaient entrer dans notre recueil de standards, et donc être jugées sur notre territoire. Et la France me direz-vous ? Eh bien elle n’est pas en reste puisque la Bourbourg naine a été créée en 2018 et que la Bresse-Gauloise naine l’a été en 2021. Alors que d’autres sont en cours de création…

La commission, en lien direct et constant avec les clubs de races, tient à ce propos à saluer le travail qui est fourni par les sélectionneurs français, qui n’ont pas à rougir de la qualité de leur travail, et des créations qui sont à mettre à leur crédit.
À noter que la vitalité de notre aviculture ces dernières années s’est surtout focalisée sur la création de multiples variétés. Et c’est un festival de couleurs auquel nous assistons ! Faisons un petit point sur l’état des forces en présence.
Les volailles naines sont, de loin, celles qui ont le plus de coloris différents. Voici d’ailleurs le podium des races possédant le plus de variétés : En naines, nous avons deux ex-aequo avec la Chabo et ses 36 variétés reconnues, (et même 42 avec ses variantes !), non loin derrière la Pékin (36 variétés également), suivi de près par la Wyandotte naine (35 variétés), qui clos ce palmarès. En grandes races, ce sont les Pays-Bas avec la Poule de Drenthe qui remporte la palme avec 26 variétés reconnues, suivie de la Wyandotte grande race avec ses 24 coloris, puis du Combattant anglais ancien avec 23 déclinaisons (à noter que cette race est parmi les plus élevées dans le monde anglo-saxon, alors qu’elle est pratiquement absente de nos expositions hexagonales !).

Vous trouverez, ici, un tableau récapitulatif de toutes les races et variétés homologuées en France. Cette liste est mise à jour chaque début d’année.

Avant de conclure, il faut préciser que ces ajouts n’auraient pu être réalisés sans le travail collectif, opiniâtre et désintéressé de l’ensemble des membres de la Commission Française des Standards. Et parmi eux, mention spéciale à notre dévoué secrétaire Arnaud Asselin, qui a été épaulé dans cette tâche par notre membre d’honneur Marylène Le Goff. L’ensemble a été mis en page par notre délégué auprès de l’Entente Européenne et président d’honneur de la FFV, notre ami Jean-Claude Périquet. N’oublions pas que cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier de la FFV, et en particulier à l’appui de son président Thomas Frugolino, que nous tenons à remercier.